Qu’est ce que la Slow Fashion ?

La slow fashion (en opposition à la fast fashion) est un mode de production et de consommation de plus en plus répandu. Elle englobe la mode équitable, la mode écologique, la mode recyclée (par exemple des vêtements faits de bouteilles en plastique recyclé) et la mode locale (par exemple du Made in France avec des circuits de production très courts).

 
 

Qualité

 
Les vêtements et accessoires issus de la slow fashion sont de meilleure qualité (sauf cas particuliers) que ceux de la fast fashion. Cette qualité vient de toutes les étapes de fabrication : de la confection des matières premières jusqu’à celle de la réalisation.
 
Pour le coton par exemple on privilégie du tissu fabriqué à partir de cotonniers cultivés biologiquement. De cette façon la plante pousse naturellement. Elle n’est pas fragilisée par des substances chimiques ou toxiques. Le tissu est alors de meilleur qualité : plus souple, plus doux, plus agréable à porter, plus résistant…
 
Autre exemple : en optant pour une filature française un artisan français est assuré que son tissu respecte les normes françaises (tissu de bonne qualité, fabriqué dans le respect des droits de l’homme et de la législation du travail…).
 
D’autres matières sont privilégiées comme le lin qui est un produit local (majoritairement produit en France, en Belgique et aux Pays-Bas). Sa production est contrôlée et respecte les normes françaises, contrairement au coton par exemple, qui est surtout produit en Chine, en Inde, aux États-Unis et au Pakistan.
 
Enfin la qualité vient de l’artisan : lorsque les matières sont choisies avec soin (tissu et fil de qualité), lorsque chaque pièce est fabriquée avec passion (vêtements bien taillés, doublures soignées), lorsque les créations sont originales (l’artisan met en avant son style et sa différence : il ne cherche pas à faire comme les autres et à copier la concurrence) et réalisées en petites quantités où en pièces uniques…
 
 

Economique et sociale

 
En plus d’être bénéfique pour notre économie (savoir-faire traditionnel, artisanal et local) la slow fashion c’est aussi l’assurance que les droits de l’homme et la législation du travail sont respectés, à commencer par le salaire.
 
Par exemple en moyenne pour un tee-shirts à 29€ :
 

  • S’il est fabriqué en Asie le salaire du travailleur est 0,18€ et la marge de la marque est de 21€.
  • S’il est fabriqué en France le salaire du travailleur est de 8€ et la marge de la marque est de 10,5€.

 
 

Environnement

 
Dans la slow fashion on privilégie les plantes cultivés naturellement avec des procédés industriels non polluants, sans produits chimiques, en limitant la consommation d’eau et le rejet de CO2.
 
Par exemple lorsque le coton est cultivé biologiquement il demande moitié moins d’eau que le coton classique et les cultures sont en rotation constante pour oxygéner la terre. De plus aucun produit chimique et toxique n’est utilisé. De cette façon l’eau et la terre ne sont pas pollués.
 
On privilégie aussi des matières plus respectueuses de l’environnement comme le jute ou le lin qui nécessitent peu d’engrais et de pesticides.
 
De plus le lin demande peu d’eau et est un produit local (majoritairement produit en France, en Belgique et aux Pays-Bas). Le tissu fabriqué localement (plantes cultivés en France, tissu fabriqué dans des filatures françaises…) limite les transports et le rejet de CO2. D’autant plus lorsque l’on sait qu’un tee-shirt « Made in Bangladesh » parcourt environ 48 000 km…
 
Pour ce qui est de la faune on privilégie les matières véganes. Si on travaille tout de même des matières animales comme le cuir, on s’assure de sa provenance (de préférence locale) et à ce que l’animal en question vient d’un élevage où il est respecté et bien traité.
 
 

Santé

 
Dans la slow fashion on favorise du tissu et des créations qui ne sont pas traités avec des produits chimiques ou toxiques.
 
Par exemple lorsque la fibre du coton est blanchie à l’eau oxygénée et non au chlore, lorsque sa teinture est réalisée sans métaux lourds ou autres substances cancérigène.
 
Grâce à ce mode de production on trouve beaucoup moins de substances dangereuses pour notre santé sur nos vêtements et accessoires, qui pourraient ensuite se retrouver sur notre peau et/ou dans notre sang…
 
 

Nous constatons que la tendance, en cette période de crise, est à la slow fashion. De plus en plus de personnes sont concernées par la durabilité et réalisent que l’acte d’achat peut-être plus responsable. Le sens critique du citoyen lui permet d’acheter en exigeant la qualité du produit, d’être acteur dans le cercle vertueux économique, social, environnemental ainsi que dans le domaine de la santé. Notre société est-elle en période de mutation responsable ou est-elle seulement sous l’emprise d’un effet de mode ? Restons optimistes, longue vie à la slow fashion !
 
 

Vous aimerez aussi

 


 

Nos dernières Créations